Rechercher des manifestations
Accueil > Broc en blog > Des collectionneurs qui jouent cartes sur table !
Chronique les collections

Des collectionneurs qui jouent cartes sur table !

Le 26 juillet 2019
cartes

Notre chronique sur les collections continue ! Nous allons plonger dans l’univers des cartes en tout genre. Qu’elles soient téléphoniques, routières, postales, à puces, à jouer, à échanger… elles constituent de superbes collections que nous nous empressons de vous faire découvrir !

 

Ouvrez vos sens !

 

Et plus particulièrement votre odorat ! Nous allons parler des olfcartophiles : autrement dit, les collectionneurs de cartes parfumées, qu’on appelle parfois “patch” ou “mouillette”. Il s’agit de ces petites cartes étant, dans la plupart des cas, une publicité pour une marque de parfum. On en trouve encore dans les parfumeries qui les offrent en parallèle des échantillons. Mais certaines ont parfois plusieurs décennies ! On peut en trouver, pour les plus récentes, en carton ou sur du papier buvard, mais aussi en tissu, en ruban et même en plume ! Forcément, le plus difficile dans ce type de collection, est de conserver l’odeur originale de la carte, le tout sans l’abîmer… Pour en trouver, le plus logique est de se diriger vers les salons ou bourses de collectionneurs de parfums.

 

De la carte postale à la carte “maximum”

 

CP ANCIENNE

 

Synonyme de vacances, les cartes postales ont toujours le vent en poupe, notamment en cette période estivale. D’ailleurs, où que l’on aille, on peut en trouver… Ce qui forcément fait le bonheur des cartophiles, collectionneurs de cartes postales ! Les collections de cartes postales sont souvent très subjectives. Certains vont s’intéresser aux carte postales anciennes, qui peuvent parfois avoir beaucoup de valeur selon l’état et l’époque. D’autres vont plutôt se concentrer sur un thème ou un lieu qui leur tient à cœur. Ceci donne lieu à une estimation parfois difficile de ces cartes. Par exemple, la rareté d’une carte ancienne va souvent être estimée grâce à ce qu’elle représente, comme l’architecture d’un bâtiment.

Bien sûr, ceci s’applique aux cartes postales vierges. En effet, certains collectionneurs vont parfois exiger l’oblitération (comprenez le tampon postal) pour avoir une preuve de l’ancienneté. En effet, la date d’impression de la carte n’est en aucun cas une garantie : on trouve, par exemple, des cartes postales éditées bien plus récemment à l’occasion d’anniversaires ou de commémorations…  C’est donc maintenant qu’entre en scène la carte dite “maximum”.

Les collectionneurs de cartes maximum sont appelés maximaphiles. Vous devez certainement vous demander de quoi il retourne ?! Fin du suspense : une carte maximum est une carte postale, mais avec quelques détails en plus. En effet, elle comporte également un timbre ainsi qu’une oblitération. Cependant attention, ce serait trop facile ! La carte en question doit avoir été imprimée avant la date d’émission du timbre. De même, une collection peut se qualifier de maximaphile lorsque toutes les cartes maximum qu’elle comporte aient un lien entre elles, comme la thématique ou l’époque. On peut donc affirmer que la maximaphilie est un parfait mélange de cartophilie, de philatélie (timbres) et de marcophilie (marques postales).

 

Les puces ne sont pas que dans les marchés !

 

Les puces, sont aussi sur les cartes ! Les collectionneurs de carte à puces sont appelés “cartopucistes”. Néanmoins, la forte majorité des cartopucistes sont plus précisément dans la télécartophilie, à savoir, les collections de carte téléphoniques ! Bien qu’encore utilisées dans certains pays, elles ont peu à peu disparu en France avec l’arrivée du téléphone portable. Il s’agit néanmoins d’un type de collection assez répandue, un bon nombre de carte téléphoniques ayant été mises en circulation. Il est donc facile de débuter une collection télécartophile, mais le tout se corse pour trouver des cartes en bon état ou rares sur le marché. On peut, par exemple, en trouver encore sous blister, ce qui peut faire monter l’estimation, tandis que d’autres avaient été en édition limitée. Ce sont notamment ces dernières qui sont les plus prisées, notamment si le nombre limité de tirages est inscrit dessus. Certaines marques se servaient aussi des cartes téléphoniques pour faire leur publicité. Les cartes mettant en avant des marques anciennes, voire disparues, peuvent aussi faire le bonheur de télécartophiles.

 

“Je vous laisse ma carte”

 

carte visite

 

Nous terminerons cependant en citant les atypiques cartovisitophiles, collectionneurs de cartes de visites ! La variété des logos, des polices d’écriture… constituent l’élément principal de cette passion. Il est important de noter que certaines remontent au XVIe siècle, époque où elles étaient appelées “cartes d’adresse”. Ces cartes ont d’ailleurs longtemps été utilisées par les particuliers dans leurs correspondances écrite. Avec l’émergence des autres canaux de communication, elle s’est adaptée aux professionnels en tant que “carte de visite”.

 

Nous pouvons aussi citer les collectionneurs de cartes à échanger, de cartes à jouer, et même de cartes routières ! Mais, bien que populaires, il n’existe à ce jour aucun terme pour les qualifier.

Rémi

Catégories