Rechercher des manifestations
Accueil > Broc en blog > Etats-Unis : les trésors cachés des brocantes
Broc en Blog

Etats-Unis : les trésors cachés des brocantes

Le 4 octobre 2019
coffre trésor

Quand on pense à un trésor, on imagine tout de suite un coffre rempli de pièces d’or et de pierres précieuses. Et même si l’on trouve de tout dans les brocantes et vide-greniers, il faut avouer que les chances sont minces de tomber sur un trésor de pirate. Mais rien n’est impossible ! Et ce ne sont pas les chineurs que nous allons vous présenter qui vous diraient le contraire…

Du positif dans les négatifs !

photo collection

45 dollars. C’est le prix payé par Rick Norsigian pour quelques dizaines de négatifs photo présentés sur plaque de verre. La patience. C’est le prix payé pour transformer ces négatifs en véritable magot. En effet, après avoir acquis ces négatifs dans une brocante en Californie, ce chineur a tout de même remarqué que les clichés avaient une forte ressemblance avec de célèbres photos en noir et blanc. En effet, elles présentaient de fortes similitudes avec le style d‘Ansel Adams, photographe connu pour ses clichés de l’ouest américain. Il aura fallu 10 ans pour que les photos soient officiellement attribuées à cet artiste. Rick a bien fait d’attendre : il est désormais à la tête d’un trésor estimé à 200 millions de dollars. Si vous souhaitez vous offrir un de ces tirages, sachez qu’il les vend à l’unité, au prix de 5 800 dollars. Un tarif élevé mais tout de même plus abordable que la collection complète !

Un tableau hors cadre…

Las Vegas, ville de tous les excès, surtout connue comme étant la capitale du jeu. Mais on y trouve aussi des “flea markets”, comprenez “marché aux puces”. Et c’est dans l’un d’eux en 2010 qu’un homme d’affaires, Andy Fields, décide d’acheter un lot de 5 tableaux pour 5 dollars. Une bonne affaire en perspective… Arrivé chez lui, il décide d’encadrer une de ses trouvailles et découvre alors, bien caché à l’arrière, un dessin d’enfant. Culture populaire oblige, on y reconnaît Rudy Vallee, célèbre chanteur et acteur des années 30. Une petite anecdote bien sympathique qui aurait pu s’arrêter là. Mais notre chineur de Vegas s’aperçoit alors que le dessin est signé d’un certain… Andy Warhol ! Après de fastidieuses recherches, le dessin est bien un authentique et date des années 39-40, alors que Warhol n’avait que 11 ou 12 ans ! On peut dire que ce petit dessin est véritablement historique, le Pop-Art ayant été lancé par Andy Warhol peu après ses 20 ans. Les experts ont donné une estimation s’élevant à la coquette somme de 1,5 million de dollars. Le prénom de M. Fields serait-il un hasard ?

Quel bol !

bol collection chine

En 2007, un simple bol, d’une douzaine de centimètres de diamètre a été acheté par un new-yorkais lors d’un vide-greniers. L’objet a été exposé jusqu’en 2013 dans la salle à manger de l’acquéreur. Mais ce dernier se posait quand même quelques questions sur ce bol à la finesse incroyable et à l’aspect épuré. Après l’avoir fait analyser, des experts en art chinois ont conclu qu’il s’agissait d’un bol “ding”, ayant appartenu à la Dynastie Song ayant régné sur la Chine il y a plusieurs siècles ! Estimé à près de 300 000 dollars, plusieurs acquéreurs ont fait monter les enchères qui ont abouti à un joli pactole de 2,3 millions de dollars ! Le petit plus à savoir : au monde, il n’y a que 2 bols connus (dont celui-ci) ayant cette taille et cette forme ; le second est exposé au British Museum de Londres depuis près de 70 ans.

Un chef d’oeuvre porté disparu

En 2012, une habitante de Virginie avait dépensé une cinquantaine de dollars dans un marché aux puces local. Parmi ses trouvailles, il y avait ce petit tableau, une petite huile de 14 x 23 cm. Elle souhaitait d’ailleurs l’accrocher sur un mur de sa cuisine. Malheureusement, cela ne restera qu’un souhait irréalisable. En effet, sa mère a découvert une étiquette à l’arrière la laissant dubitative. Elle a donc décidé de le montrer à une maison de ventes aux enchères. Et là, quelle surprise ! Le petit tableau chiné est identifié : il s’agit de Paysages, Bords de Seine du très prisé Pierre-Auguste Renoir ! Estimé à près de 100 000 dollars, elle a donc mis de côté ses projets de déco pour mettre le chef-d’oeuvre aux enchères. Enchères qui n’ont pas duré longtemps, la vente ayant été stoppée nette juste après le lancement. Effectivement, un musée de Baltimore s’était manifesté entre temps, annonçant que le Renoir lui avait été volé en 1951 ! Résultat : cette chineuse ne pourra pas décorer le mur de sa cuisine comme elle le souhaitait, et n’aura pas eu de compensation financière pour l’oeuvre retrouvée… Elle pourra quand même se consoler avec cette belle anecdote !

Rien à déclarer ?

declaration independance usa vieux papier

Avez-vous déjà acheté un objet “pour pièces” ? Comme, par exemple, une voiture que l’on achète uniquement pour récupérer des composants. C’est ce qu’a voulu faire un habitant de Adamstown, en Pennsylvanie lors d’un marché aux puces. Intéressé par le cadre d’une toile ancienne et plutôt démodée, il a acheté le tout pour 4 malheureux dollars. Arrivé chez lui, il s’est donc mis à l’oeuvre dissocier le cadre de sa peinture. Comme pour Andy Fields, il fit une découverte à l’intérieur. Bien cachée, soigneusement pliée, il y découvrit une copie de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis ! Document historique datant de 1776, il n’y a que 26 copies recensées de ce document. On peut dire que cet américain a réalisé un joli retour sur investissement : il l’a revendue 2 ans plus tard, empochant quelques 2,5 millions de dollars !

Un chineur plutôt commode !

Nous sommes à Bellville, au Texas. En 2015, Emil Knodell, directeur marketing à la retraite, et passionné de vieux meubles, flâne dans un “garage sale” (vide-greniers à domicile). Parmi les objets proposés, une vieille commode l’intéresse. Le vendeur lui explique qu’elle egent plutôt urst exposée depuis 3 jours et que personne n’en veut. Pourtant, le meuble en question est âgé de plus d’un siècle, il date des années 1880-1890 ! Malgré ce détail, le vendeur a un besoin d’argent, et il est prêt à brader la commode à 100 dollars. Emil ne se fait pas prier et accepte la bonne affaire. Le meuble est lourd, très lourd, mais cela n’étonne ni le chineur, ni le vendeur ; en effet, c’est plutôt courant pour ce genre de meuble massif. Arrivé chez lui, il décide d’examiner le tout en détails. Le meuble est composé de 3 grands tiroirs, reposant sur une large et épaisse base. Il n’aura pas fallu beaucoup de temps pour qu’Emil s’aperçoive que la base est un trompe-l’oeil, renfermant un tiroir secret. C’est en l’ouvrant qu’il découvre pourquoi cette commode s’est avérée si lourde à porter : argent liquide d’époque, pierres précieuses et autres bijoux sont entassés à l’intérieur ! Touché par les soucis financiers du vendeur, cet énorme chanceux au grand coeur est alors retourné le voir pour lui dévoiler le précieux sésame. Après discussion, ils ont décidé de partager les gains dont la valeur reste encore inconnue à ce jour…

Même si le hasard fait bien les choses, il faut se dire que ces quelques personnes ont tous un point commun : ce sont des chineurs. Donc n’hésitez pas à forcer le destin en fréquentant les allées des brocantes, vide-greniers et autres puces ! Qui sait ? Peut être que le prochain chanceux se trouve parmi nos lecteurs !

Rémi